An OS in the Public Interest – a Mandriva Linux Foundation?

TerreLast week, I received, in CC:, an email from a Mandriva Linux developer. This email was entitled “A foundation for Mandriva Linux *NOW* or Mandriva Linux to *DIE*?”

That suggested to me that maybe Mandriva was not going very well. This, of course, hurted me. At the same time it leads to the interesting question of a Foundation for a project like Mandriva Linux.

This is interesting because I remember we first discussed the question of a Foundation for Mandrake Linux back in 2000 or 2001. And we decided that it was a good idea. But we were too busy to really take care of it at the time. And in 2012 there is still no such organisation.

Mandriva Linux, earlier Mandrake Linux, is an interesting case of a Linux distribution who had a HUGE success worlwide, as the first popular Desktop Linux distribution. Remember in the early 2000 days, you could find a Mandrake Linux package in every bookstore in the USA, and it was widely available in Europe too. Then, it became very popular in other countries, and I still have a collection of several Mandrake Linux localized for Japan, Russia and other countries.

It has been distributed in thousand magazines and is still… one of the most downloaded Linux distributions. Still many young people tell me they have started Linux with Mandrake Linux because it was easier to use. I hadn’t expected it’s been so huge actually.

At the same time, the business for MandrakeSoft/Mandriva has always been a headache. The reasons are multiple, one of them is certainly the lack of an adequate business model, and this could be discussed for hours.

As a result, I understand that the existence of Mandriva Linux is now subject to speculation; not because of the product or the project, but because every month developers have to be paid and if the business is not good enough, soon comes a day when there is no more money to pay developers.

But I know about natural selection, and the fact that Mandriva is still here means a lot. This project has deep and strong roots. It has an intrinsinc vital force that lead it to the age of 14 yo, despite all the financial issues.

So, more and more I think that Mandriva could be a good candidate for an “Operating System in the Public Interest”.

Why an OS in the Public Interest?

We see less and less freedom in Operating Systems. People are locked by proprietary OSes. They can’t do what they want, they have lost a lot of Freedom. Before there was Windows, that was seen as evil. New comers are still worse.

MacOS or iOS are terrible in that matter (which is hard for me as I love the technologies of iOS and most Apple products). When you are in the Apple world, you are absolutely locked in the Apple world. Even what is displayed on your iPhone or iPad, you can’t redirect legally elsewhere than to a Mac or to an Apple TV.

Now take Google: they really want to have you in their ecosystem, they do anything to lock you and look friendly with you. But Facebook, Twitter and Google know everything about you. They want to control everything. As a result your life is, want it or not, partly controlled by those private and for-profit companies.

And Google with Android, what are they doing? they are just transforming a kernel in the public interest into software for shareholders interest, and grow your jail-ecosystem.

Projects in the Public Interest?

There is Wikipedia which is an awesome success. There is OpenStreeMap. There are others project as well that are in the Public Interest, which means in the Human Interest, and not in the shareholders interest, and independent.

On the OS side, there is Debian already, and Debian is huge. But Debian is still for servers & geeks. Ubuntu? Good on the desktop, but is holded by Canonical. It’s not in the Public Interest.

There is the Linux Foundation too. It’s very nice and I’m happy that it exists, but it’s for low-level kernel development.

So, if I was 24 again… 🙂 I would try to build a Foundation that would focus on delivering great Operating Systems in the Public Interest, both for PCs and tablets and smartphones.

Such a Foundation would need great engineers and visionary people to release great and easy to use software products for people with all guarantees of independency, security and privacy for their users.

It would, of course, need some financial resources. But when you do a huge Foundation, you find the money. Many people are ready to donate when they know that they are contributing to something good. The public sector, governements can donate. And you can build an ecosystem where some private, commercial companies sell services around the product. So in the end they can support, even financially, the OS in the Public Interest.

Most big infrastructures (roads, electricity, telecommunications) have been started as public projects, for the people, because people need interoperability and freedom. I think Operating Systems are infrasture components too, so we need an OS in the Public Interest, at least as an alternative for people who want to be free.

Gaël Duval, Mandrake Linux Founder.

Interested in open source, mobile operating systems, data privacy? Follow me on Twitter

Diclaimer: I’ve not been involved in Mandriva since March 2006.

Cyber-attaque de Bercy : rien n’a changé en 10 ans

Il y a un peu plus de 10 ans, lors d’une présentation de Mandrakesoft au Ministre de l’Industrie de l’époque, ce dernier fut très étonné d’apprendre qu’une grande majorité des logiciels utilisés dans les administrations françaises (au sens large) n’offraient aucune garantie de sécurité, pouvaient potentiellement contenir des back-doors, être sensibles aux attaques (virus, chevaux de troie…). Son étonnement fut encore plus visible lorsque ses proches conseillers présents, d’un air gêné, lui ont confirmé cet état de fait.

Aujourd’hui, 10 ans après, rien n’a changé. La France et l’Europe sont dans un étât de dépendance totale au niveau de leurs infrastructures informatiques et des technologies de l’information, et il existe des risques réels pour la sécurité nationale qui est pourtant une des prérogatives majeures d’un Etat.

Lire également à ce sujet l’article du député Bernard Carayon .

Freebox v6 – Revolution ?

Avec son lecteur BlueRay intégré, son espace de stockage de 250GO, sa télécommande “Wii” pour les jeux, son navigateur web intégré, l’appel illimité vers les téléphones portables, et l’augmentation du forfait de 29.99€ à 35.95€, la nouvelle Freebox v6 est presque une Révolution ! Personnellement, je ne suis pas un gamer, j’ai déjà un lecteur DVD chez moi, un forfait portable et pas mal de PC avec des navigateurs web donc je vais pouvoir attendre quelques temps avant de passer de ma freebox v5 à la v6.
Freebox v6 + Ulteo ?
Néanmoins, la petite dernière de chez Free est intéressante également au niveau du matériel car elle incorpore un processeur Atom cadencé à 1,2Ghz, et 512MO de RAM. Et ça c’est suffisant pour faire tourner un client Ulteo OVD et… utiliser des logiciels quelconques directement sur sa box et sa TV (HD).

Un nouveau SDK est d’ailleurs semble t-il bientôt disponible pour développer sur la Freebox v6.

La bonne nouvelle c’est que l’OVD d’Ulteo est un logiciel libre dont les sources sont utilisables en GPL v2. Donc peut-être verra t-on se développer un portage du client OVD pour Freebox v6 ? Si vous avez des projets dans ce sens, contactez-moi !

“La carte et le territoire” de Houellebecq mis en conformité de licence Creative Commons BY-SA

Suite à l’utilisation avérée par l’auteur Michel Houellebecq lui-même de pages Wikipedia diffusées sous licence Creative Commons BY-SA pour la création de sa dernière oeuvre littéraire “La carte et le territoire” (qui a obtenu le prix Goncourt 2010), Florent Gallaire a procédé à la mise en conformité de l’oeuvre afin qu’elle respecte les licences associées aux pages de Wikipedia utilisées. L’oeuvre a donc été rediffusée intégralement sous licence Creative Commons BY-SA et vous pouvez la télécharger sur son blog.

Google macrophage… billet d’humeur d’un entrepreneur agacé

J’ai hésité un peu avant de poster ça, mais je suis fatigué de beaucoup de choses dans ce pays, donc voici le fond de ma pensée.

A force de vouloir raisonner franco-français plutôt qu’à l’échelle européenne,
à force de manquer de cohésion, à force d’attitudes de francs tireurs,
à force de ne pas avoir de vision, ou juste quelques visions de suiveurs,
à force de ne pas avoir un small business act comme aux USA,
à force de ne pas avoir de réel fonds d’investissement dans les milieux de l’innovation,
à force de mettre du pognon dans des grandes écoles qui vont sortir des clones formatés,
à force de ne pas mettre de pognon dans les universités,
à force de…

Voici ce qui se passe : à part quelques exceptions, les petites boites françaises qui réussissent se font racheter, et les talents de ce pays se font recruter par des entreprises étrangères. Ce pays, et plus généralement l’europe, est à la dérive en ce qui concerne la technologie et l’innovation. Je pense qu’il est vraiment temps de faire un choix : soit accepter de se faire annexer culturellement, financièrement, technologiquement… – c’est un choix possible -, soit il faut réagir. Quel avenir préparons-nous à nos enfants ?

Petits exemples pris au hasard : le FSI, le fonds souverain récemment mis en place, met 3 M€ dans Daily Motion, mais rien dans Mandriva, rien dans Ulteo. OK ! Daily-motion, entreprise stratégique pour ce pays ? :-/ Dans mon entreprise actuelle, Ulteo, qui développe des solutions de virtualisation sur un marché en forte croissance, nous avons rencontré beaucoup de fonds d’investissement ces quatre dernières années. Qu’avons-nous entendu ? “Super techno, mais c’est trop tôt”, “vous n’êtes pas à l’équilibre, revenez plus tard”, “c’est trop ambitieux pour nous, allez voir en californie, il y a plein de fonds adaptés à votre projet là-bas”. Et nous avons été à deux doigts de signer avec des fonds… Anglais ! Seule exception : une poignée de business-angels passionés qui comprennent la techno, comprennent les enjeux et prennent des risques avec leur argent personnel. Et je n’oublie pas OSEO, notre bouée de sauvetage à beaucoup d’entrepreneurs.

Autre exemple calamiteux, un développeur kernel Linux de haut niveau qui était chez Mandriva et qui vient de se faire recruter par Google… Combien dans son cas ?

Et qu’est-ce que j’entends depuis 12 ans ? des hauts fonctionnaires inquiets parceque les ministres utilisent des blackberry qui sont joyeusements lus en toute légalité par nos amis anglo-saxons, des secrétaires d’état qui se montrent étonnés quand on leur apprend que les logiciels qu’ils utilisent dans leurs ministères sont propriétaires et potentiellement sensibles aux back-doors, des ministres qui ne sont pas contents parcequ’il n’y a plus d’entreprise à la pointe de l’informatique dans ce pays etc. Récemment, j’apprenais qu’un ministère sensible demande que le code des logiciels qu’il utilise soit audité, certifié etc. par mesure de sécurité. Quoi de plus normal ? Mais… exception faite des logiciels propriétaires dont les éditeurs ne fournissent pas le code !

Je pourrais en rajouter des tartines, à quoi bon ? avec un peu de chance si ça peut faire évoluer les consciences…

“Un mariage Novell-Mandriva ?”

Lu à l’instant sur l’informaticien : “John Dragoon, VP et Responsable marketing monde de Novell : Certains aspects de l’entreprise Mandriva sont intéressants, c’est indéniable. Nous avons beaucoup de respect pour sa technologie, mais ce n’est pas cela qui pourrait nous intéresser”. Lire l’article. Heureusement que les américains sont là pour le business avec Linux.